La promotion de la santé en tous genres, la mixité en questions


formations

Un module organisé dans le Cadre de l’Université d’été de Besançon, co-piloté avec Caroline Herasse et Anne Laurent-Becq

Ces dernières années la question du genre a émergé dans les débats publics et politiques. Tantôt support de résistances, tantôt scène de revendications, « le genre » appelle à des prises de position fortes, mais également à une réflexion croissante sur les inégalités sociales. Face à la multitude des points de vue en la matière, reste une question centrale : quand on parle de genre et de santé, quels sujets veut-on réellement évoquer ? La confusion entre sexe et genre, mais également la prégnance des stéréotypes qui s’y rattache, ont révélé la complexité à penser le genre et ces inégalités dans nos pratiques, nos stratégies d’actions, nos politiques. Pourtant, le genre ne serait-il pas un important déterminant social de santé ? Dans ce module, la notion de mixité et de non-mixité sera interrogée En effet, ces deux stratégies sont une entrée favorable à une réflexion opérationnelle sur le genre. Alors que la mixité (voire la parité) est de plus en plus identifiée comme un critère positif d’évaluation par les institutions, les politiques et les actions de santé concentrent encore largement leurs messages et leurs interventions sur les publics féminins : dans cette perspective, qu’en est-il de l’impact de ces pratiques sur la santé des femmes et des hommes ?

Ce module se propose donc d’amorcer une réflexion sur le genre, la mixité / non-mixité, la lutte contre les inégalités sociales de santé basée sur le genre. Il vise tout d’abord à préciser les concepts et les définitions et ensuite à s’interroger sur la manière dont ces questions traversent nos pratiques professionnelles.

Plus d’informations sur les modalités d’inscription, veuillez consulter la page de l’Université d’été en cliquant ici.