La place n’était pas vide…


conférence gesticulée

Mots-clés: santé, surmédicalisation, médecine patriarcale, transmission, histoire, sexualité, savoirs populaires

Regards critiques sur les pratiques médicales envers les femmes et chemins de libération…

La pratique médicale s’est toujours assurée, en complicité et collusion avec le pouvoir politique et religieux, de la surveillance et du contrôle des différents cycles de vie des femmes et des différents temps de la reproduction. A partir d’expériences et trajectoires de vie de femmes, j’élucide cette histoire de colonisation et de dépossession des savoirs et compétences propres des femmes concernant leurs corps, leur santé, leurs sexualités. Je raconte comment j’ai été confrontée à une pratique médicale normative et autoritaire au cours ma vie de femme et de médecin, puis comment j’ai connu le Mouvement pour la Santé des Femmes qui a développé une pensée et une pratique dé-professionnalisée, participative et collective de la santé. Et aujourd’hui? Comment nous réapproprier ces savoirs, créer et réinventer une nouvelle culture de transmission en matière de santé entre femmes? Comment rendre participative la pratique médicale et nous familiariser avec une approche collective qui est celle de l’Auto-santé? Chantons et dansons sur ces chemins de libération… Militer, c’est bon pour la santé!

Conférencière: Dr Catherine Markstein est médecin depuis 1980, fondatrice et coordinatrice de l’ASBL Femmes et Santé depuis 2005. Elle s’est formée en conférence gesticulée au SCOP L’orage de Grenoble en 2016.

Le principe des conférences gesticulées est d’articuler des savoirs “chauds” liés à l’expérience et des savoirs “froids”, plus théoriques et académiques. Mélange de choses vécues, de choses comprises et de choses apprises. Cela ne donne pas un savoir tiède mais plutôt de l’orage.

Pour plus d’informations, veuillez consulter la fiche technique PDF.

Vous désirez organiser la conférence gesticulée dans votre collectif ou association? N’hésitez pas à nous contacter ou à contacter directement Catherine Markstein à l’adresse