Pour une prise en charge féministe des IVG


paroles collectives
réseau bruxellois

Cette rencontre se déroule dans le cadre du finissage de l’Exposition Intime Vulnérabilité Gynécologique: une exposition basée sur des histoires personnelles, un récit choral qui plonge les visiteurs dans un univers intime et fragile.

Bienvenu-e-s au cœur de nos Irréversibles Vécus (bien/trop) Gardés. Dans un espace blanc et confiné, des voix d’hommes et de femmes parlent, lèvent un voile sur la partie invisible de l’iceberg souvent inconnue. Les mots flottent, rebondissent, se frappent, s’entremêlent et accrochent l’oreille de celui qui écoute cette narration composite, interrogeant l’avortement sous des regards croisés.

Un projet de Serena Galante et Caroline Kempeneers. Pour plus d’informations, veuillez consulter le dossier de press: dossier de presse

Concernant la soirée d’échanges: La crainte d’un recul de l’accès à l’ IVG en Belgique limite le débat aux dangers qui planent sur les acquis en la matière. Qu’en est-il du vécu des femmes ? Comment elles perçoivent les soins pré et post IVG ? Que faire des expériences difficiles ? Est-ce que la prise en charge est pleinement cohérente avec une démarche féministe ? Comment penser une amélioration des conditions dans lesquelles se déroulent les IVG ? Quels démarches sont à renforcer pour centrer leur déroulement autour des besoins des femmes ?

Rencontre participative proposée en partenariat avec les asbl Femmes et Santé et Corps-écrits, en présence de:

  • Julie Papazoglou (CAL),
  • Alessandra Moonens et Isabelle Bomboir (Groupe d’Action des Centres Extrahospitaliers Pratiquant l’Avortement),
  • Lola Praet (Fédération des Centres Pluralistes de Planning Familial),
  • Laura Chaumont (Garance asbl)

Vous n’avez pas pu participer: vous pouvez consultez un compte-rendu de ces échanges en cliquant ici.