Évaluation Référentiel Auto-santé des femmes


recherches et études

Mots-clés: évaluation, Auto-santé des femmes, recherche féministe, impact, transférabilité, genre, promotion de la santé, rapports de pouvoir, empowerment, rapports soignant-e-s/soigné-e-s, diffusion, effet multiplicateur, horizontalité

Rédigé par Dorothée Bouillon

Introduction du mémoire :

“Nous avons découvert le référentiel d’Auto-santé des femmes avec une équipe de professionnel·le·s de la santé en avril 2018. Lors de cette rencontre, la sensibilisatrice proposait d’expérimenter collectivement une animation dans laquelle elle articulait le genre et la promotion de la santé. Cette tentative pragmatique nous a intéressée d’une part parce que la santé des femmes ne nous semble pas occuper une large place dans la recherche féministe francophone et d’autre part parce que l’approche du genre en santé demeure marginale.

Le référentiel est un support didactique, structurel et de contenus « qui permet à des groupes et des collectifs de s’organiser et de travailler de façon autogérée sur des thématiques de santé et de bienêtre » (Référentiel, p.5). Il a été élaboré par trois femmes issues des secteurs de la santé. Sa promotion s’organise autour d’une sensibilisation qui permet d’expérimenter les trois options de travail préconisées pour sa mise en œuvre : la non-mixité, la remise en question du rapport de pouvoir entre soignant et soignée et l’empowerment. Il a été diffusé largement auprès de structures instituées de santé, d’associations généralistes et de femmes.

Dans la présente recherche, nous tenterons d’analyser les articulations spécifiques déployées par les instigatrices entre les cadres conceptuels du genre et de la promotion de la santé. Nous examinerons dans un deuxième temps les modalités d’opérationnalisation de ceux-ci. Nous poursuivrons en étudiant la réception de cette démarche et son intégration dans les structures sensibilisées. Nous nous intéresserons enfin, plus spécifiquement, aux effets sur les rapports entre le public et les opérateurs de santé.

Pour explorer ces questions, nous avons d’abord mené des entretiens auprès des instigatrices de la démarche. Nous avons également assisté à une sensibilisation. Sur la base de ces deux étapes, nous avons par la suite interrogé dix animatrices et quatre participantes ayant assisté à des sensibilisations au référentiel. Nous nous proposons d’analyser ces résultats à l’aune d’une grille du genre et des cinq axes de la Charte d’Ottawa qui définissent la promotion de la santé.

Dans un premier chapitre nous présenterons notre recherche en situant d’abord le cadre général du genre en santé et de la promotion de la santé. Dans le deuxième nous poursuivrons en présentant notre objet d’étude et nos questions de recherche. Le troisième sera consacré à l’exposé de la méthodologie de travail et des cadres conceptuels que nous avons retenus. Dans le quatrième, nous passerons à la présentation des résultats et le cinquième sera consacré à la discussion autour de nos deux questions de recherche. L’une interrogera la capacité du référentiel à constituer, tant dans sa production que dans ses processus de diffusion, un outil de promotion de la santé des femmes. L’autre s’attachera à évaluer le référentiel dans sa démarche de catalyseur aspirant à mettre sur un même pied femmes et professionnel·le·s de santé.”

Disponible en format téléchargeable en cliquant ici.